Petit patrimoine

La Puisaye-Forterre regorge de trésors cachès, sources, fontaines et lavoirs

mais aussi un patrimoine naturel rare avec notamment les célébres trognes de Puisaye.

 

© Claude NIHOUARN - La Marlée - 89520 Perreuse

 Claude Nihouarn - n 2bis Page 12Les lavoirs

Ils sont extrêmements nombreux et souvent trés soignés dans leur architecture. Ils sont bien

entretenus et certains villages en possédent jusqu'à six. Ils sont le thème de circuits de randonnée

Ces lavoirs, pour la plupart construits au 19ème siècle sont à "implivium", forme du toit permettant de

recevoir l'eau de pluie. Certains sont remarquables de forme elliptique et se trouvent dans

de très beaux sites comme "la Marlée" (photo ci-contre) dans la commune de Perreuse.

 

 

 

 

 

 

© Office de Tourisme - La Fontaine Saint-Pélerin - 58310 BOUHY

n2 - Page 12 BOUHY - LA FONTAINE ST PELERIN

Les Fontaines

Alimentées par des sources, les fontaines étaient le lieu de ravitaillement en eau dans un habitat dispersé.

Certaines sont sauvages et découvertes au cours de la promenade. D'autres, sont aménagées

de belle façon et sont trés liées à l'histoire locale. Souvent dédiées au saint local

comme la fontaine Saint-Pélerin à Bouhy, Saint-Denis à Dampierre sous Bouhy, Saint-Martin à Lainsecq,

Saint-Julien à Thury, Saint-Prix à Saints, Saint-Jean à Sauveur en Puisaye.

Elles sont le thème de circuits de randonnée à Sainte-Colombe sur Loing et Lainsecq.

 

 

 

  

 

© Claude NIHIUARN - Sentier Colette - 89520 Moutiers en Puisaye

Troges rando Colette

Les Arbres

Le bocage de Puisaye présente une particularité, qui se trouve rarement ailleurs. Il s'agit des "trognes" ce

qu'en d'autres temps on appelait des "étrognes", des "têtons", des "acornus", ou encore "arbres têtards".

Ces mots évoquent des arbres trognes composés essentiellement de 80% de charme.Faisant penser à

d'énormes personnages portant sur leur tête boursouflée une "chevelure" de branches. Ce sont

d'étonnantes sculptures vivantes dues aux mains de l'homme, résultats des coupes répétées pendant des

décennies utilisées comme fagot de bois nécéssaires auxbesoins de la maison en chauffage, mais encore pour

alimenter les foyers de fours de potiers, en effet, l'activité potière était très frillante en bois, avec un besoin annuel de 3 millions de fagots en 1890.